Pour les autres, la symbiose et la ressemblance sont telles qu’on les voit presque comme ne formant qu’une seule personne. Mais vécue de l’intérieur, à quoi ressemble la vie de jumelles, triplées ou quadruplées ? Texte: Goele Tielens. Photos: Duncan de Fey. 

Laurine, Elise & Astrid (22 ans) se disputent souvent, mais se soutiennent envers et contre tout

Astrid « C’est Laurine que je vois le plus souvent, nous habitons dans la même maison. En dehors de quelques petites discussions animées de temps à autre, ça se passe plutôt bien. Nous avons toujours passé beaucoup de temps ensemble, même si, à la demande expresse de nos parents, nous n’étions pas dans la même classe. C’était une bonne chose ; on ne nous considérait pas comme un individu unique et nous avons pu déployer chacune notre caractère. Nous sommes très différentes. Laurine et Elise sont les plus extraverties, et aussi celles qui se disputent le plus souvent. Laurine aime provoquer et Elise s’enflamme facilement. Je suis la plus calme des trois. »

Elise « Je suis en kot à deux rues de chez elles et ça ne me dérange pas. Nous avons chacune notre vie. J’aime bien les soirées techno, tandis qu’Astrid et Laurine trouvent que c’est juste du bruit. Pareil quand nous étions plus jeunes : j’étais la première à vouloir sortir. Maman n’avait pas trop confiance. Qu’est-ce que j’ai dû la supplier ! Et quand Laurine et Astrid ont voulu sortir à leur tour, je leur avais déjà ouvert la voie. »

Laurine « Maintenant, je fais partie d’une association estudiantine et je sors tout le temps. »

“C’est l’avantage des triplées. Quand l’une des trois a du chagrin, les deux autres le sentent et la soutiennent” – Elise

Astrid « On adore toutes les trois la musique, mais je sors moins que mes sœurs. »

Elise « Et moi, je sors moins qu’avant, peut-être parce que j’ai commencé plus tôt. Je suis très bien avec mon copain. Et je suis ravie de voir qu’Astrid est aussi heureuse avec Thomas. Ça me fait encore mal quand je pense à comment s’est passée la rupture avec son ancien copain. »

Astrid « Elles ont vu immédiatement que ça n’allait pas et elles ont décidé de me soutenir toutes affaires cessantes. Mais tout est bien qui finit bien : voilà plus d’un an que je suis à nouveau heureuse. »

Elise « C’est l’avantage des triplées. Quand l’une des trois a du chagrin, les deux autres le sentent et la soutiennent. »

Laurine « Quand notre grand-père est mort, nous avions 11 ans. Nous avons été inséparables pendant des jours. Nous avions un lien profond avec lui et nous avions besoin de nous réconforter mutuellement. »

Elise « Ça a toujours été comme ça. J’ai souffert d’une malformation aux yeux et j’avais du mal à marcher aussi. Je suis née en dernier, j’étais la plus fragile, celle qui traînait derrière. Mais mes sœurs m’entraînaient toujours avec elles. »

“Pour ma part, je ne voudrais pas avoir des triplés. Je pense que nous avons fait souffrir nos parents” – Elise

Astrid « En promenade ou au camp, on aidait Elise, sans réfléchir, c’était un réflexe. »

Laurine « On devait parfois la pousser quand elle n’arrivait pas à suivre. C’était parfois drôle, mais on ne se moquait jamais d’elle. Et personne n’aurait pu se risquer à le faire, car nous étions deux pour la défendre. »

Elise « C’était super d’aller au camp toutes les trois. C’était comme emporter un peu de la maison avec nous. On s’excitait pour les mêmes trucs, il nous suffisait d’échanger un regard pour qu’on se comprenne (rires). »

Astrid « Le soutien, c’est aussi pour les petites choses. Il y a quelques semaines, quand Elise est rentrée avec un piercing au nez, maman n’était pas vraiment enchantée. Nous avons pris sa défense. »

Elise « Ça m’a fait plaisir, je ne m’y attendais pas. Pour ma part, je ne voudrais pas avoir des triplés. Je pense que nous avons fait souffrir nos parents. Surtout moi, j’étais une ado horrible. Et pauvre papa, avec quatre femmes exubérantes à la maison, alors qu’il a un tempérament si calme… »

Découvrez notre dossier en intégralité dans le GAEL de mars, disponible en librairie.

Ce que vous réserve le GAEL de mars

Plus de témoignages: