Sautes d’humeur, perte de mémoire, bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, prise de poids, chute de cheveux… Un joli programme qui nous attend toutes, et que pourtant nous connaissons mal. Communiquer autour de cette phase inéluctable qu’est la préménopause, c’est à la fois l’exorciser et découvrir les moyens de mieux la vivre. Par Evelien Roels, avec la collaboration de Laura Swysen. 

Poursuivre votre lecture ?
Vous souhaitez poursuivre votre lecture et avoir un accès illimité à nos articles? Créez vite un compte et plongez dans l’univers Gael.be!
Crééz un compte gratuit en une minute et obtenez un accès illimité aux articles Gael.be

SUEURS FROIDES

Il est grand temps d’avoir une vision plus claire de ce qu’il se passe exactement pendant cette période de préménopause. “Les femmes naissent avec une réserve d’ovules dans leur corps, explique Linda Ameryckx, gynécologue spécialisée dans la ménopause. Elles produisent des œstrogènes et, après l’ovulation, de la progestérone. Avec l’âge, la réserve d’ovules s’épuise et le niveau de ces hormones change. C’est la phase de transition. Elle se caractérise par une modification des menstruations: au début, les saignements sont encore réguliers, mais ils durent moins ou plus longtemps qu’avant. Ils deviennent ensuite plus irréguliers et plus abondants.”

Ces fluctuations hormonales ne sont pas sans conséquences. Linda Ameryckx: “Les femmes qui prennent la pilule le remarqueront moins, car la pilule supprime la production d’ovules et les hormones de la pilule remplacent leurs propres hormones. Pour les autres, des symptômes gênants peuvent apparaître. Les plus courants sont des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes. Perte de mémoire, sautes d’humeur, anxiété ou dépression, troubles du sommeil et fatigue sont d’autres symptômes fréquents. Les femmes peuvent aussi souffrir de sécheresse vaginale, d’infections urinaires, de palpitations, de douleurs articulaires, de perte de cheveux ou encore d’amincissement de la peau. Il existe également des conséquences pas directement perceptibles, comme la baisse de libido et un risque accru d’ostéoporose. La prise de poids est l’une des plaintes les plus fréquentes. La répartition de la graisse dans le corps évolue, elle commence à s’agglutiner autour des organes abdominaux. Cependant, je dois ajouter que cette prise de poids accélérée n’est pas uniquement due à la ménopause. L’âge joue également un rôle: le métabolisme ralentit et le corps brûle moins de calories. Le sport et une alimentation saine sont donc particulièrement recommandés quand on entre dans cette phase.”

“Quand mon corps a soudainement décidé de fermer boutique, ça été très intense. Je me suis sentie en colère pendant un moment.”

PROCESSUS D’ACCEPTATION

Outre les symptômes physiques, donc, la préménopause peut également être une période difficile sur le plan mental. Hélène: “Je n’ai pas d’enfants et je n’en ai jamais ressenti le besoin, mais quand mon corps a soudainement décidé de fermer boutique, ça été très intense. Je me suis sentie en colère pendant un moment. D’abord tous les tracas liés aux menstruations et maintenant ça! Les hommes ne connaissent rien de semblable, je trouve ça tellement frustrant.” “C’est tout un processus d’acceptation, reconnaît Ingrid. Jusqu’à récemment, je portais les mêmes pantalons qu’il y a vingt ans. Maintenant, ils ne me vont plus et quoi que je fasse, je n’arrive pas à perdre ces kilos. Quand j’en parle autour de moi, on me répond: “Allez, ce n’est vraiment pas grand-chose !” Je sais bien que je ne suis pas en surpoids, mais ce n’est pas qu’une question de kilos: le corps change et on n’a aucun contrôle.”

PLUS LIBRE

On dit qu’il faut toujours essayer de voir le bon côté des choses… Y en a-t-il un dans la préménopause ? Hélène hausse les épaules:  “Je l’ai lu dans une multitude d’articles: il faut considérer ce changement comme une bénédiction! Ce n’est pas totalement faux, mais le fait est que vous devenez le jouet de vos hormones. Ce que je remarque, en revanche, c’est que le sentiment de compétition que l’on ressent quand on est jeune — être la plus belle, être la plus mince — a complétement disparu. Et ça, c’est véritablement un soulagement. Vous regardez les choses avec un peu plus de légèreté.” Sophie acquiesce: “J’ai toujours été très active et fan de défis, mais j’ai appris à faire redescendre un peu la pression — enfin ! Désormais, je me dis que je fais les choses à ma façon. Tout ne sera pas parfait, mais c’est comme ça. Ce n’est pas si grave, il n’y a pas mort d’homme. Ça me gênait beaucoup plus autrefois.” Ingrid : “Ce qui me réconforte, c’est de penser que les choses vont aller en s’améliorant. En ce moment, c’est les montagnes russes. Mais une fois que la ménopause aura réellement commencé et que tout se sera stabilisé, le calme reviendra. Et nous entamerons la prochaine phase de notre vie en toute tranquillité.”

RETROUVEZ CE DOSSIER EN INTÉGRALITÉ DANS LE GAEL D’AOÛT, DISPONIBLE EN LIBRAIRIE. 

+ D’ARTICLES SANTÉ: