Vous êtes une « colo addict »? Alors soyez prudentes quant aux produits que vous utilisez, certains augmenteraient les risques de cancer du sein…

Blond, brun, roux voire pastel: vous changez de couleurs de cheveux comme de chemises? Alors cette nouvelle étude risque de ne pas vous faire plaisir. On le savait déjà, les colorations (comme une série d’autres facteurs) abîment votre chevelure.  Cependant, les colorations capillaires auraient des conséquences bien plus néfastes. Pointées du doigt par une étude menée par Kefah Mokbel, un professeur de médecine spécialisé en chirurgie cancéreuse, elles augmenteraient les risques de cancer du sein. La recherche a été effectuée au Princess Grace Hospital de Londres, auprès de femmes utilisant régulièrement des produits colorants.

Une limite à ne pas dépasser

La conclusion de l’étude? Les femmes qui se colorent régulièrement les cheveux auraient 14 % de risques en plus de développer la maladie. Il s’agit de la première étude réalisée sur le sujet, et d’autres recherches seront menées afin de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse du médecin londonien. Bien entendu, le professeur ne vous conseille pas de bannir totalement les colorations de votre vie, mais il estime qu’il y a une limite à dépasser. Selon lui, vous devriez limiter votre utilisation de produits colorants à 5 fois par an et privilégier des produits naturels.

On craque pour le naturel

Quels sont les produits à privilégier pour éviter les risques? Optez pour des ingrédients naturels d’origine végétale. Henné ou autre coloration végétale sont idéales pour éviter les ingrédients chimiques. Les colos végétales sont réalisées à base de plantes. Ces dernières colorent la kératine du cheveu en l’enrobant, comme une couche supplémentaire. La fibre capillaire n’en ressort donc pas abîmée. Ces techniques plus naturelles sont de plus en plus utilisées dans les salons de coiffure, mais elles comportent bien entendu des avantages et des désavantages!

Envie d’un changement capillaire? Découvrez les coiffeurs préférés de la rédac!

Poursuivez votre lecture: