On possède toutes des « astuces de grand-mère », des techniques de prime abord assez étranges, qu’on se transmet de génération en génération. La dernière tendance outre-Manche? Utiliser son dentifrice comme… test de grossesse.

Non, vous ne rêvez pas et oui, vous avez bien lu. Depuis quelques semaines, le « test dentifrice » fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Aussi étrange que cela puisse paraître, la fameuse pâte fluorée qui vous permet de chouchouter vos dents pourrait aussi détecter une éventuelle grossesse. La tendance, très en vogue chez nos amies anglaises, se propage sur les réseaux sociaux à coups de tutos Youtube et articles sur des blogs. Comment ça fonctionne? Vous recueillez votre urine dans un récipient, vous en prélevez quelques goûtes (à l’aide d’une seringue) que vous déposez dans une petite quantité de dentifrice blanc (pas rouge, ni bleu: c’est un détail à ne surtout pas négliger). Ensuite vous mélangez.

Le résultat

Après 5 minutes, vous pouvez observer le résultat: si vous êtes enceinte, le dentifrice va subir une réaction chimique. Il se mettra à mousser et va légèrement se teinter d’une couleur bleuâtre. Selon les Anglaises qui l’ont essayé, le test serait assez efficace, cependant, il ne serait pas fiable à 100%. Mais il permettrait aux femmes ayant peu de moyen, d’effectuer un test de grossesse.

Pas fiable selon les médecins

Interrogé par des journalistes du HuffingtonPost UKStuart Gale, un pharmacien d’Oxford, a assuré que le test n’était pas fiable. La réaction chimique ne serait pas une conséquence d’une éventuelle grossesse. « L’effet mousseux dans le dentifrice est causé par l’acide dans l’urine qui réagit avec le carbonate de calcium dans le dentifrice pour éliminer le dioxyde de carbone. Plus l’urine est acide, plus la réaction est grande. Si la personne est, ou n’est pas enceinte, ne fait aucune différence« .

Du coup, il vaut mieux confirmer le résultat par un test de grossesse (que vous pourrez vous procurez en pharmacie, dans certains supermarchés, dans des cliniques ou encore dans des centres spécialisés).

Sur le même sujet:

PARTAGER