Une étude récente de l’Université de San Diego s’intéresse à l’âge auquel on se sent le plus heureux… Et les résultats sont surprenants!

Plus heureuse en vieillissant?

On redoute (presque) toute de vieillir: la peau qui se détend, les premiers cheveux gris qui arrivent, la mémoire qui se fait moins bonne… Mais peu d’entre nous soupçonnent le vieillissement de nous faire gagner en bonheur: selon une étude de l’Université de San Diego, on serait plus heureuse en gagnant en âge. Les chercheurs ont suivi 1546 personnes âgées entre 21 et 100 ans. Comparé au groupe des plus jeunes, celui des plus âgés a montré de meilleurs scores en matière de santé mentale, malgré des conditions physiques et cognitives plus mauvaises. «L’augmentation du bonheur est linéaire et substantielle» explique le psychiatre gériatrique Dilip V. Jeste. «Les participants ont déclaré qu’ils se sentaient plus heureux année après année».

Vingtenaires et trentenaires: les plus malheureux?

La même étude a montré que les vingtenaires et trentenaires présentaient davantage de symptômes du stress, de l’anxiété et de la dépression. «Durant cette période, le bonheur est de loin à son plus bas» explique le psychiatre. Il évoque également une tendance croissante aux troubles mentaux chez les jeunes de cette tranche d’âge.

Pendant des années, on a supposé que le déclin physique et cognitif chez les personnes âgées était nécessairement associé à un déclin de la joie de vivre et du bonheur. L’étude prouve donc tout le contraire. Selon Jeste, cela s’expliquerait notamment par le fait que «les grands problèmes de la vie deviennent souvent de petites anecdotes quand on vieillit» – on est donc plus sage et on relativise davantage, en prenant des décisions réfléchies. Et en expérimentant donc moins les émotions négatives comme la colère, la culpabilité ou le regret…

Cure de jouvence: