Téléphoner, entamer une discussion avec vos collègues ou parler devant un groupe d’inconnus vous donne des crampes? Peut-être souffrez-vous de phobie sociale, une peur de communiquer – souvent attribuée à de la timidité – qui toucherait, selon les psychologues, 5% de la population.

« Mais que vont penser les gens de moi? Cette question, je me la pose environ une trentaine de fois par jour. Quand je m’assieds dans le bus, quand je mange, quand je marche ou lorsque je discute: j’analyse mes faits et gestes en permanence à travers le regard d’autrui » explique Clémence, une graphiste namuroise âgée de 28 ans. Sourire décontracté, éloquence, voix calme et posée, cette jeune femme respire la sociabilité et la zen attitude. Pourtant, Clémence est timide. Très timide. Peut-être même trop timide. Derrière cette jolie blonde au rire communicatif se cache une grande anxieuse. Intriguée par ce stress permanent, la jeune femme décide, il y a huit mois, de consulter un psychologue. Le verdict tombe: Clémence souffre de phobie sociale.

Phobie sociale: en quoi ça consiste?

Comme son nom l’indique, la phobie sociale désigne une peur d’autrui, une anxiété importante à l’idée d’être confronté au regard des autres. Cette phobie n’est pas simple à détecter car elle est méconnue et elle peut prendre des formes multiples. En effet, certains auront peur de développer une relation intime avec quelqu’un, de parler avec une seule personne tandis que d’autres auront peur de prendre la parole devant un groupe d’individus. Ainsi, une personne souffrant de phobie sociale pourrait très bien tenir une conférence devant des milliers de personnes sans aucun stress, mais être terrifiée à l’idée de se rendre à un tête à tête… Selon les psychologues, il existe 4 grandes catégories: la peur d’être observé, de se dévoiler, de s’affirmer ou d’échouer.

Est-ce que je souffre de phobie sociale?

Attention, ce n’est pas parce que vous détestez téléphoner ou avoir un rencard que vous êtes forcément atteinte de phobie sociale! On emploie ce terme lorsque la personne souffre d’une timidité excessive et qu’elle a un impact majeur sur son quotidien. Une personne souffrant de cette phobie sera incapable de nouer des relations avec autrui, subira de nombreuses crises de panique et anticipera constamment les soucis, la rendant ainsi encore un peu plus anxieuse. Autre caractéristique des personnes atteintes de phobie sociale, elles essayeront d’éviter les situations stressantes et développeront un tas de stratégies afin de « ne pas se faire repérer ». En traînant avec des personnes à forte personnalité ou encore en s’isolant. Une très mauvaise méthode sur le long terme, car, en contournant les situations qui le gênent, le patient renforce ses craintes. Résultat, la prochaine fois qu’il devra faire face à cette épreuve, il sera encore un peu plus anxieux.

Pour définir si vous souffrez de phobie sociale, il existe de nombreux tests dont le plus connu est celui-ci.

Phobique un jour, phobique toujours ?

Selon les différentes études réalisées à ce sujet, les femmes sont davantage touchées par ce type d’anxiété. Mais, pas de panique: cela peut se soigner! En affrontant les situations qui le paralysent, la personne sera de plus en plus à l’aise. Vu qu’il existe différentes sortes de phobie sociale, chaque patient aura des objectifs différents. Mais la clé de la guérison réside dans l’affrontement des situations effrayantes et le contrôle des pensées excessivement négatives.

Ceci devrait vous intéresser: