Votre développement personnel est pri-mor-dial! Souvent, on a tendance à s’oublier parce qu’on est trop occupée à prendre soin des autres: la maison, le travail, la famille, les amis… Elise Verberg, coach bien-être, vous aide en trois étapes à prendre le temps de travailler sur votre propre développement et à faire ce que vous désirez vraiment.

Pendant votre enfance et durant les années suivantes, vous créez votre propre identité, vous développez une façon de faire et de voir les choses. En bref, vous formez votre propre image. Le processus d’auto-développement «normal» consiste à ressentir la certitude de savoir qui vous êtes, ce que vous voulez. Ces certitudes perdent de leur force au fil des années. Comment les retrouver?

01

Trouvez votre source d’énergie

Êtes-vous actuellement en train de mettre à profit vos qualités et vos compétences par des activités, un travail et des loisirs dans lesquels vous obtenez une bonne énergie et de la satisfaction? Écrivez sans réfléchir toutes les choses qui vous procurent de l’énergie et un réel bonheur. S’il n’y en a aucune qui vous vient en tête (car vous broyez peut-être du noir pour l’instant), écrivez les choses que vous aimeriez réellement faire, comme par exemple passer une après-midi à bouquiner.

En ayant toutes vos activités préférées à l’esprit, vous aurez conscience qu’il y a toujours des choses qui vous rendent heureuse et qui vous donnent de l’énergie. Cette liste peut vous aider à choisir: est-ce que je fais quelque chose parce que je le veux moi-même ou parce que quelqu’un d’autre pense que je devrais le faire?

02

Ecoutez votre cœur

Lorsque l’on est enfant, on nous apprend à nous comporter en société: être poli, souriant, positif, fort, par exemple. En d’autres termes, vous êtes acceptés si vous avez un bon comportement. Tout cela est sûrement devenu un automatisme.

Quelles sont vos réactions dans des situations stressantes ou émouvante? Vous vous mettez surement en mode « pilote automatique » à cause des voix qui vous répètent ce que l’on vous a inculqué: «les vrais hommes ne pleurent pas», «écoutez toujours le patron» ou «vous ne pouvez pas plaisanter en public». Pourtant, en tant qu’adulte, il est plus que souhaitable de réagir spontanément, d’écouter ce que votre cœur vous dit.

Quelle voix entendez-vous ? Que disent-elles?

J’entends mon père dire:…
Ma grand-mère:…
Mon professeur:…

Pour vous défaire de ces paroles ancrées en vous, rappelez-vous ceci: en tant qu’adulte, vous pouvez vous donner l’autorisation de ne pas toujours être la meilleure, mais de continuer quand même. A partir de chaque «voix», formulez une pensée positive qui vous aidera à agir selon vos besoins. Voici quelques exemples de pensées positives:

Sois fort -> Je peux demander de l’aide si je ne sais pas
Atteins la perfection-> Tout ne doit pas toujours être fait correctement
Sois le meilleur -> Je fais pas toujours tout bien et je ne peux pas toujours tout savoir

03

Posez vous les bonnes questions

Est-ce que vous vous reconnaissez dans la situation suivante ? « Je me surprends souvent à faire quelque chose que personne n’@a demandé. C’est comme cela que je fonctionne. Même quand je suis occupée, je m’en charge ». Posez-vous plus souvent la question : « Est-ce que je le fais pour moi ou pour les autres? » Si quelqu’un a entamé une chose à laquelle vous êtes tenté de prendre part malgré vous, votre réaction ne doit pas être d’agir mais de vous demander : « est-ce que je veux avoir un rôle à jouer là-dedans? est-ce que cela va m’être bénéfique? ».

Mieux se connaitre: