« Je n’aurai pas dû dire/faire ça »: votre quotidien est rempli de doutes et de regrets? Nos astuces pour apprendre à ne plus culpabiliser.

Elle est présente tous les jours, planant comme une épée de Damoclès sur nos décisions et nos petits oublis: la culpabilité est une vraie plaie qui nous ronge et qu’il faut apprendre à contrôler. Selon Freud, c’est le résultat de notre obsession de la perfection, de l’angoisse de notre moi face aux exigences de perfection du surmoi.

Est-ce bien la peine de se mettre la pression à ce point? Si la culpabilité part d’un bon sentiment, elle prend bien souvent trop d’ampleur. Elle s’éveille lorsqu’on enfreint une règle, un principe ou une loi sociale afin d’entraîner un « besoin de réparer » utile à la vie en société. Le problème, c’est que nous sommes souvent trop exigeantes envers nous-mêmes et que l’on se tient à trop de règles personnelles, qui ne font que s’accumuler. Comment évacuer ce sentiment de culpabilité et apprendre à la contrôler?

Bye bye culpabilité!

Pourquoi est-ce que je me sens coupable?

Avant de combattre la culpabilité, il faudrait savoir quelle en est l’origine. Qu’est-ce qui provoque le plus souvent ce sentiment de culpabilité? Avez-vous du mal à respecter les délais ou à tenir vos promesses? Plusieurs raisons peuvent expliquer ce sentiment, comme la tendance à vouloir constamment faire le bonheur des autres ou la fuite de ses responsabilités (au lieu d’accepter la situation, vous vous cachez derrière une barrière de pensées qui vous dit tout ce que vous auriez pu faire pour éviter le problème rencontré). Attention également à votre entourage, certaines personnes très manipulatrices n’hésiteront pas à utiliser votre sentiment de culpabilité pour fuir leurs propres responsabilités ou arriver à leurs fins.

Prenez du recul

Ma culpabilité est-elle saine? Etait-ce vraiment ma responsabilité? Ce sont des questions que vous devez vous poser lorsque vous vous sentez coupable. Prenons un exemple: votre mère prend votre appel alors qu’elle est dans sa baignoire et laisse tomber son téléphone, le rendant ainsi complètement mort. Vous vous sentez coupable car, sans cet appel, votre maman n’aurait pas dû racheter un téléphone. Dans ce cas, votre sentiment de culpabilité n’est pas sain car vous n’êtes en rien responsable: elle a délibérément choisi de vous répondre et il vous était impossible de savoir qu’elle était dans son bain. Par contre, si votre maman culpabilise, c’est un sentiment sain car elle sait qu’elle aurait pu éviter ça en ne prenant pas cet appel. Ainsi, la culpabilité agira « en bien » sur son esprit, comme une leçon à retenir. Lorsque vous culpabilisez, prenez du recul et étudiez votre part de responsabilité. Pouviez-vous vraiment y faire quelque chose? Cette situation était-elle de votre ressort?

Acceptez l’imperfection

Soyez moins dure envers vous-même, ne vous reprochez pas ce que vous ne reprocheriez pas aux autres. Analysez la longue liste de tout ce que vous vous imposez tous les jours (être mince, être une bonne mère, une amoureuse idéale…) et prenez de la distance. Réalisez que vos défauts et imperfections font votre charme, et ne vous jetez pas si facilement la pierre!

Occupez votre esprit

Vous êtes en pleine « crise de culpabilité » et vous n’arrivez pas à faire le vide dans votre esprit? Occupez-vous en faisant du tricot, du coloriage ou toutes autres activités qui détourneront votre esprit des petits tracas et de vos interrogations. Ensuite vous aurez tout le temps de prendre du recul et de réfléchir sur la situation.

CONFIANCE EN SOI: