Dans nos contrées du Nord, nous n’avons jamais été très doués pour ce jeu subtil de regards, gestes et sourires que l’on appelle le flirt. Mais à l’heure de la drague en ligne, on revisite le concept.

« Ça arrive même aux meilleurs »

Les sites de rencontres Gleeden et SecondLove existent depuis dix ans. On s’en doute, avec ce genre de site pousse-au-crime spécifiquement créé pour faciliter l’infidélité, Erik Drost (fondateur de SecondLove, ce site aux 900.000 profils) n’est pas Monsieur Populaire. Il soupire. « Que voulez-vous, les moralisateurs… L’infidélité est de toutes les époques, elle existait bien avant le lancement de mon site. Ça arrive dans les meilleurs couples, et je ne dis pas cela en boutade, je me base sur des études. » Pour lui, le succès de SecondLove est dû à un nouveau courant de pensée concernant l’infidélité et au questionnement autour de la monogamie et du polyamour. Un seul partenaire pour la vie, est-ce la seule option pour une vie amoureuse heureuse, ou est-ce quelque chose que la société nous impose?

« Dans 60 % des cas, le flirt reste un feu d’artifice verbal et n’aboutit pas à une rencontre »

Flirter ne signifie pas forcément tromper

Notre regard sur la fidélité et l’infidélité évolue, tout comme la façon dont nous vivons nos relations, et ce genre de sites web cadre avec ces changements. À en croire le fondateur, il faut moins y voir un besoin réel d’aventures extraconjugales qu’une recherche d’attention. « Deux tiers des personnes dont les profils matchent ne se rencontrent jamais dans la vraie vie. Dans 60 % des cas, le flirt reste un feu d’artifice verbal et n’aboutit pas à une rencontre physique. Et dans ce dernier cas, il n’est pas encore dit que l’on couche ensemble. Les sites comme le nôtre sont des plateformes de flirt.

Il y a drague et… drague

« C’est surtout une question d’attention mutuelle. Dites-vous encore à votre partenaire que vous le trouvez beau ? Et lui, vous fait-il encore des compliments ? Je pense que de nombreuses personnes ne se sentent plus du tout valorisées dans leur couple, qu’elles deviennent un peu invisibles et que, la routine s’installant, elles se sentent moins heureuses. J’ai appris que rien n’est aussi important que flirter dans la vraie vie. Par cela, je n’entends pas la drague visant à mettre quelqu’un dans votre lit, mais simplement à témoigner un intérêt sincère à l’autre et le lui montrer, par un
regard direct et un sourire. Si vous voyagez en train, essayez, juste pour le jeu. L’ambiance change du tout au tout. Si nous le faisions tous, la vie serait tellement plus agréable, et les sites comme SecondLove auraient probablement beaucoup moins de succès. »

Flirter ne veut pas dire séduire

Flirter vient du mot ancien « fleurter » : fleurir, être en fleurs, lancer des fleurs. Flirter, c’est pimenter gentiment l’existence d’une pincée de compliments, d’un effleurement léger ou d’un regard juste un peu trop appuyé. Le flirt est proche de la séduction et de la drague. Pour les spécialistes, la séduction et la drague sont un ensemble de techniques et de stratégies mobilisées en vue d’un objectif clair : entraîner quelqu’un dans une relation sexuelle, ou obtenir autre chose. La séduction se pratique dans un but, alors que le flirt est sans engagement. Nous « flirtons avec la mort » quand nous la frôlons mais restons en vie. Les taux des banques flirtent aussi avec le pourcent qu’ils n’atteindront pas. Et c’est justement dans la tension de ce « tout juste pas » que se trouve le plaisir, dans quelque chose qui est excitant sans être dangereux. C’est une nuance à laquelle tout le monde n’est pas sensible.

Plus de sujets love: