Les taches de rousseur, on les déteste ou on les adore. Mais d’où viennent ces points de beauté qui se multiplient sur le visage et le corps?

Une question de mélanine

La première chose à savoir sur les taches de rousseur, c’est que les endroits où elles se trouvent présentent un niveau de mélanine supérieur. La mélanine est un pigment qui détermine la couleur des yeux, des cheveux et de la peau. Elle est répartie de manière plus ou moins égale sur la peau mais il arrive qu’il y ait des accumulations, faisant ainsi apparaître des points de rousseur.

Elles apparaissent le plus souvent lorsque le soleil commence à pointer le bout de son nez et se font plus discrètes lorsque celui-ci s’éclipse. Elles sont en particulier dues au patrimoine génétique, ce qui fait que l’on est d’autant plus susceptibles d’en avoir si nos parents en ont!

Les taches de rousseurs sont en réalité des indicateurs de sensibilité de notre peau au soleil et donc, aux rayons UV, qu’on appelle phototypes. Il en existe six différents, classés en fonction de la couleur de nos cheveux, de la teinte de notre peau, de la fréquence de nos coups de soleil et du type de bronzage dont on bénéficie. Les peaux très blanches à claires, soit des phototypes 1 à 3, sont davantage sujettes aux taches de rousseurs.

Le gêne MC1R

Vous n’avez pas de taches de rousseur? Cela a sans doute un lien avec le gêne MC1R qui détermine la quantité de mélanine que vous produisez. Si vous avez la peau foncée et les cheveux bruns ou noirs alors vous avez moins de chance d’avoir des taches de rousseur – ce qui n’est pas chose impossible, mais plus rare!

On parle beauté: