On ne vous demande jamais d’indiquer un chemin dans la rue ou de prendre une photo? Peut-être possédez-vous une « resting bitch face ».

La tête qui passe mal

Pour celles qui ne connaissent pas encore la « resting bitch face », ou RBF pour les intimes, c’est un peu l’équivalent de « Grumpy cat » pour les humains. Ce sont des personnes qui, lorsqu’elles laissent leur visage au repos, ont une « tête de peste ». Autrement dit, ces personnes, si elles ne sourient pas, semblent avoir une moue boudeuse, blasée voire hautaine. Une expression naturelle pour ces gens qui fait l’objet de nombreuses moqueries. « Pourquoi elle tire tout le temps la tronche? » « Cette fille ne sourit jamais… » « T’as vu comment elle nous a regardé celle-là? Quelle hautaine! »…

Des scientifiques confirment l'existence de la "resting bitch face" - Gael.be

Si le concept est assez récent, le phénomène n’avait jamais été scientifiquement analysé avant que deux chercheurs en science comportementale du Centre Noldus des technologies de l’information, Jason Rogers et Abbe Macbeth, s’en chargent. « Pourquoi certains visages sont-ils perçus comme dénués d’expression alors que d’autres sont perçus comme rébarbatifs? Quel est le critère qui nous pousse à qualifier une expression neutre en apparence de ‘resting bitch face’ ? », tel est l’objet d’étude du duo de scientifiques. Pour ce faire, les deux chercheurs ont utilisé FaceReader, un logiciel qui a analysé plus de 10.000 photos de personnes en se focalisant sur 500 points du visage.

La conclusion de cette étude? Toutes les personnes perçues comme ayant une RBF partagent une caractéristique commune: elles renvoient toutes un sentiment de mépris. « Il y a des aspects de l’expression neutre du visage qui communiquent le mépris, autant pour le logiciel que pour nous: les yeux un peu plissés et un début de sourire au coin de la bouche qui n’en est pas vraiment un », a assuré un des chercheurs au journaliste du Washington Post. Cependant, les chercheurs tiennent à souligner que ces caractéristiques sont finalement plus liées aux normes sociales qu’à la structure du visage.

Un phénomène qui touche aussi les hommes

Les chercheurs ont également conclu que ce phénomène touchait autant les hommes que les femmes. Alors que le phénomène semblait, pour certains, seulement toucher les femmes, le logiciel mis en place par les deux scientifiques a démontré qu’il avait trouvé autant de RBF repérées chez les hommes que chez les femmes. Cependant, les chercheurs ont tenu à expliquer ce sentiment: « il y a une attente physique envers les femmes, beaucoup plus grande qu’envers les hommes, et il y a beaucoup d’articles légers et de littérature scientifique sur le sujet. » Les femmes qui possèdent « une moue de peste » naturelle se feraient donc plus remarquer car elles subiraient plus de pression de la part de la société: elles doivent être souriantes, chaleureuses et spontanées, selon les stéréotypes.

Poursuivez votre lecture: