Une fragrance unique au nom énigmatique devenue mythique: c’est l’histoire de Chanel N°5, le plus célèbre des parfums au monde.

La création

C’est sans doute le parfum le plus célèbre au monde: c’est en 1921 que Gabrielle Chanel («Coco», de son petit nom), désireuse de lancer son enseigne dans la cosmétique, commande au prestigieux «nez» Ernest Beaux un parfum «de femme, à odeur de femme» – une fragrance que l’on reconnaîtrait entre mille. Une senteur qui bouscule les codes de l’époque: alors que jusque là, les maisons de parfumerie ne s’intéressent qu’aux soliflores, Coco pousse Beaux à l’audace et à l’utilisation du jasmin, l’essence la plus précieuse à ses yeux. À quoi s’ajoutent la fleur d’oranger, le bois de sental, l’ylang-ylang ou encore le neroli… Un cocktail détonnant et unique auquel elle donnera un nom bien énigmatique: on dit qu’elle aurait préféré le cinquième des jus proposés par Beaux, voire qu’elle se serait inspirée de son chiffre fétiche, le 5…

Savez-vous que la maison Louis Vuitton s’est tout récemment lancée dans les parfums?

« la maison aura même l’audace de choisir un homme pour ambassadeur du plus féminin des parfums… »

Les égéries

En 1952, la superstar de l’époque Marilyn Monroe répond nonchalamment à un journaliste qui lui demande ce qu’elle porte pour dormir: «Juste quelques gouttes de Chanel N°5» – faisant définitivement entrer le parfum dans la légende. Jacques Helleu, le directeur artistique de Chanel dès les années 60, lancera alors la mode des égéries et des muses de la maison de la rue Cambon : Catherine Deneuve, Lauren Hutton, Carole Bouquet, Nicole Kidman, Audrey Tautou… Toutes incarneront la femme N°5 – la maison aura même l’audace de choisir pour ambassadeur du plus féminin des parfums… un homme, en la personne de Brad Pitt, dans un clip très inevitable. Comme si l’effronterie de Coco résonnait encore…

Kenzo aime aussi les égéries: la preuve avec ce clip détonnant de Spike Jonze!

N°5 en 2016

À quelques années près du centenaire du parfum, Chanel n°5 est plus que jamais dans l’air du temps: pour lui redonner vie, la maison a choisi Lily-Rose Depp, une muse fraîche et contemporaine au succès qui grimpe, qui incarne à merveille L’Eau de Chanel N°5, une version plus légère et jeune que l’originale. Et quel joli clin d’œil quand on sait que sa mère, Vanessa Paradis, fût l’inoubliable égérie de Jean-Paul Goude… Un clip tout neuf à découvrir ici:

C’est culte: