Avec le blush, on n’a pas le droit à l’erreur. Après l’eye-liner, c’est certainement le cosmétique le plus délicat à s’approprier… Pourtant, derrière cette poudre colorée, se cache un véritable boosteur de teint dont il serait dommage de se priver.

Qu’est-ce qu’on en commet, des erreurs maquillage! Utiliser son recourbe-cils en dernier lieu, mettre trop de mascara,  zapper des étapes dans sa routine anti-âge, appliquer un correcteur sur ses boutons et on en passe… S’il y a bien un cosmétique qu’on est loin de maîtriser, après l’eye-liner bien évidemment, c’est le blush. Couleur, texture, pigmentation: on ne sait jamais quel produit choisir et on termine finalement par glisser dans notre panier le produit au packaging le plus attrayant (oups). Pour vous aider, voici les étapes à suivre pour un teint parfait.

À quoi ça sert?

Mais au fond, à quoi ça sert, le blush? Si on comprend directement le rôle du fond de teint camoufleur d’imperfections ou encore du mascara agrandisseur de regardla fonction du blush est quant à elle un peu plus floue. Ce cosmétique permet de réveiller votre peau endormie par la couche de fond de teint que vous venez d’appliquer. En effet, les produits qui couvrent les petits défauts ont tendance à donner un effet « cadavérique » et plat à votre visage. Ainsi, le blush permet de raviver vos pommettes et de donner un coup d’éclat à votre peau.

01

Choisir la bonne couleur…

Bien entendu, comme pour tous les cosmétiques, on ne choisit pas son blush n’importe comment. Premier critère pour élire votre nouveau chouchou (en dehors du packaging): la couleur. Evidemment, il faut tout premièrement respecter la couleur de votre peau – les peaux claires n’opteront pas pour des blushs ultra-concentrés (à moins de vouloir se la jouer clown de rue). Tout d’abord, il faut définir la couleur de sa peau. Easy, direz-vous? Pas tant que ça! Vous devez définir votre couleur (ça c’est plutôt simple) et ensuite, votre sous-ton. Si votre couleur de peau varie en fonction de votre exposition au soleil, votre sous-ton, lui, ne change pas! Il existe 3 grands types de sous-tons : les sous-tons froids (rose, rouge, bleu), les sous-tons chauds (jaune, cuivré) et les sous-tons neutres. Pour définir votre blush, vous devrez donc prendre en compte votre ton et votre sous-ton.

  • Le rose: cette couleur version pastel sera idéale pour les peaux claires. Très discrète, elle réveillera subtilement vos joues et se mariera parfaitement à votre teint. Pour les peaux foncées, on ose le rose qui tire vers le fuchsia (à utiliser avec modération et en estompant correctement pour zapper l’effet poupée).
  • Le pêche et le corail: ces couleurs s’accordent à (presque) toutes les peaux qui possèdent un sous-ton chaud, c’est-à-dire qui tirent vers le jaune. Pour les peaux claires, on opte pour de l’abricot, du pêche-corail clair pour les peaux moyennes et pour les peaux foncées, on craque pour un corail intense.
  • Blush à paillettes: les cosmétiques pailletés, c’est canon, mais à condition de les maîtriser à la perfection. Vous avez des imperfections, des soucis d’acné ou des rougeurs? Oubliez le blush irisé, car ce vilain va les souligner davantage.
02

… et la bonne texture

Quoi, ce n’est pas fini, l’étape du choix? Ne vous découragez pas, vous y êtes presque! Si vous avez dégoté LA couleur idéale, reste à choisir la bonne texture. Bien entendu, les blushs les plus connus sont ceux en poudre. Cette texture sera parfaite pour les peaux mixtes à grasses, car la poudre va leur donner un aspect mat. Le blush crème, quant à lui, sera davantage adapté aux peaux sèches. Sa texture crémeuse donnera un rendu très naturel à votre peau et ce type de blush est également très facile à appliquer. Le blush en format gel (plus récent) conviendra aux différents types de peau mais sera généralement un peu plus cher que les autres.

03

Y aller en douceur

C’est une des pires erreurs que vous puissiez commettre avec ce cosmétique: en abuser. Le blush doit réveiller subtilement votre peau, on essaie donc d’en appliquer une petite quantité. Si c’est votre première fois, allez-y par petites notes et pensez à bien estomper et étirer le blush. Autre élément important: on n’oublie pas la symétrie. Comme l’eye-liner, le blush doit être parfaitement symétrique.

04

Adopter le bon geste, sans déborder!

C’est l’étape cruciale. Prenez votre pinceau (si vous utilisez un blush poudré) et prélevez une petite quantité de blush. Ensuite, souriez! Appliquez délicatement votre blush sur la partie bombée des pommettes en exécutant de minis cercles. Etalez votre blush de la pommette vers l’extérieur. Estompez et étirez bien votre blush, mais attention, n’en étalez pas sur vos tempes (ou ce sera look ’80s assuré).

05

Prendre du recul

Vous avez appliqué le bon blush, le tout sans dépasser: FELICITATIONS! Mais ce n’est pas encore terminé. N’oubliez pas de faire attention au reste de votre maquillage. Un blush pêche ne se marie pas forcément avec des lèvres prune. Idéalement, si vous souhaitez obtenir le rendu le plus naturel possible, misez sur un rouge à lèvres de la même couleur que votre blush.

Experte beauté: